Avenue Duluth | Architecture
22131
page-template-default,page,page-id-22131,hazel-core-1.0.1,ajax_fade,page_not_loaded,,select-child-theme-ver-1.0.0,select-theme-ver-4.3,wpb-js-composer js-comp-ver-5.7,vc_responsive,elementor-default,elementor-kit-22660

Topographie, réseau artériel
et tissu urbain

Bien que relativement plane, une légère pente est présente sur l’avenue Duluth. Le secteur au nord vers la rue Saint-Denis est le point le plus bas tandis que le secteur au sud vers le boulevard Saint-Laurent est le point le plus haut. À l’intérieur d’une trame de rues orthogonales, les îlots, de forme relativement homogène, possèdent une ruelle en « I » au centre. Le système artériel, en relation directe avec l’organisation du territoire agricole d’origine basé sur le système de côtes, explique donc cette situation.

Fonctions dominantes, mode d’implantation de bâtiment et aménagements extérieurs

Bien que le quartier soit fondamentalement résidentiel, l’avenue Duluth a subi d’importantes transformations aux rez-de-chaussée des bâtiments pour accueillir principalement entreprises commerciales à domicile. Il y a malheureusement peu d’aménagements paysagers en raison des faibles marges de recul avant et latérales, mais nous retrouvons tout de même quelques plantes et arbustes grimpantes sur les murs des façades. L’avenue Duluth propose une belle mixité des fonctions où l’on observe des séries de bâtiments qui occupe à la fois des commerces au rez-de-chaussée et des habitations aux étages supérieures.

Bâti

L’avenue Duluth regroupe une grande variété de types architecturaux, en passant majoritairement du duplex (dominant) au triplex. La volumétrie des bâtiments est formé d’un plan rectangulaire allongé d’une hauteur de 2 à 3 étages avec comme toiture un toit plat ou une fausse mansarde avec lucarne à fronton. Nous retrouvons un petit et étroit balcon à l’étage, formant et couvrant le toit du porche d’entrée, sans autres saillies et fenêtres en façade. Pour ce qui en est des matériaux de revêtement, le corps est composé de brique d’argile (dominant) ou de pierre à bossage, tandis que la toiture est fabriquée de tôle, de cuivre et de fausse mansarde revêtue d’ardoise ou de métal. Les escaliers et les balcons sont en bois avec des garde-corps et des escaliers en métal.

Pour la partie du bas, la façade est traitée de manière à ce que le socle subsiste en une fondation distinguée par la présence de pierre à bossage sur les façades revêtues de brique d’argile et par la pierre de taille sur les façades revêtues de pierre à bossage. Pour la partie du haut, soit le couronnement, pour les toits plats, corniche moulurée en bois ou en métal. Pour les fausses mansardes, corniche moulurée sous la mansarde, avec ou sans corbeau, avec lucarnes à fronton.

Du côté des ouvertures, les fenêtres de différents types et les portes sont simples, généralement regroupées par deux et les portes jumelées du rez-de-chaussée étant utilisés avec un ensemble d’un encadrement similaire. Pour les bâtiments en brique d’argile, les linteaux sont exprimés par l’utilisation de briques d’argiles en soldat ou d’un morceau de pierre de taille plus ou moins orné. Pour les bâtiments en pierre, encadrant des ouvertures en appui en pierre et réalisées en pierre de taille.

Les bâtiments en coin sont traités différemment et implantés sans marge de recul latérale. Ces derniers possèdent généralement comme matériaux de revêtement de la brique d’argile similaire à celle du mur de la façade. La présence de la communauté portugaise, traditionnellement établie dans ce secteur, est perceptible par les façades colorées que l’on retrouve dans cette unité.

Sur les façades latérales composées, particulièrement pour les bâtiments avec rez-de-chaussée commercial, on peut trouver des vitrines au rez-de-chaussée sur les façades latérales. Quelques bâtiments possèdent un coin tronqué comportant une porte ou des fenêtres. Bien que l’orientation dominante des façades soit sur les rues nord-sud, plusieurs des commerces ouverts au rez-de-chaussée s’ouvrent également sur les rues est-ouest. Le socle des bâtiments avec commerce se distingue alors par l’aménagement de vitrines et d’une corniche au rez-de-chaussée.